Ayana V. Jackson

Tignon, 2015 Archival pigment print

Les photographies de Jackson rendent hommage à l’héritage de la diaspora africaine en abordant les thèmes de la mémoire et de l’identité.

Elle effectue des recherches approfondies pour chacun de ses portraits et incorpore des références de photographies anciennes, y compris des membres de sa famille. Dans cette œuvre, l’artiste adopte des vêtements d’époque pour imiter et célébrer les femmes américaines noires de la classe moyenne du 19ème siècle.

Le titre fait référence à la loi Tignon qui a été imposée aux femmes d’ascendance africaine au cours des années 1790 dans la Nouvelle-Orléans sous contrôle espagnol. La loi prescrivait et appliquait des vêtements publics «appropriés» dans la société coloniale, exigeant que les cheveux des femmes soient couverts. Dans cet autoportrait mis en scène, Jackson joue le rôle d’une femme d’ascendance africaine du XIXe siècle dans une pose digne et confiante. Ses cheveux sont couverts d’une manière élégante – une manière créative de subvertir la loi oppressive et d’affirmer son autorité à la fois comme sujet et objet de la photographie, permettant au spectateur d’imaginer de nombreux scénarios pour le protagoniste.

Tignon, 2015

Archival pigment print

JPMorgan Chase Art Collection

Courtesy of the artist and Mariane Ibrahim Gallery