Café – Croissant, le mardi

Comment un rite personnel s’installe-t-il dans nos vies, sinon par simple inadvertance ?

J’ai un rendez-vous chaque mardi. Juste à deux pas de cette brasserie. À l’angle d’une petite place du 17ème, entre une banque et une église.

Le lieu ne m’était pas inconnu, je m’y suis spontanément arrêté de nouveau l’une des premières fois. Et y reviens chaque semaine depuis.

Ce mardi là, où le dernier croissant était déjà réservé, le barman m’a proposé de m’en rapporter un quand même en revenant de la boulangerie où il devait se rendre pour aller chercher le pain du service de midi.

La semaine suivante, un autre croissant était en attente. J’ai pris un pain au chocolat. La dame, une habituée, est arrivée peu après moi. Nous étions là tous les deux, à partager sans le savoir ce même objet de désir. Cette aiguille pointée vers un moment particulier de notre quotidien.

Mais moi aussi, j’étais devenu entre-temps un visage que l’on reconnaît, juste avant de l’oublier à nouveau.

 

 

 

Suivre ce blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *